«  La Grande-Bretagne ne rompt pas les traités  »: Von der Leyen cite Thatcher pour condamner le Royaume-Uni

«  La Grande-Bretagne ne rompt pas les traités  »: Von der Leyen cite Thatcher pour condamner le Royaume-Uni

Mercredi 16 septembre 2020

Ancien Premier ministre du Royaume-Uni, Margaret Thatcher. Crédit: Belga

Lors de son discours sur l’état de l’Union européenne mercredi, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a cité une partie d’un discours de l’ancien Premier ministre britannique Margaret Thatcher pour condamner les projets actuels du Royaume-Uni de renverser certains des accords du Brexit.

«Cet accord de retrait a mis trois ans à être négocié, et nous y avons travaillé sans relâche», a déclaré von der Leyen. «Ligne par ligne, mot par mot. Et ensemble, nous avons réussi.

Le résultat de cet accord garantit «les droits de nos citoyens, les intérêts financiers, l’intégrité du marché libre et, surtout, l’accord du Vendredi saint», a-t-elle déclaré. «L’UE et le Royaume-Uni ont convenu que c’était le meilleur et le seul moyen d’assurer la paix sur l’île d’Irlande, et nous ne reviendrons jamais sur ce point.»

Von der Leyen a souligné qu’il s’agissait d’une question de droit, de confiance et de bonne foi, avant de citer un discours de Thatcher de 1975: «La Grande-Bretagne ne rompt pas les traités. Ce serait mauvais pour la Grande-Bretagne, mauvais pour les relations avec le reste du monde et mauvais pour tout futur traité sur le commerce.

Le président de la Commission a ajouté que les propos de Thatcher étaient vrais à l’époque et le sont encore aujourd’hui. «La confiance est le fondement de tout partenariat solide.»

L’accord a été ratifié par l’UE et la Chambre des communes du Royaume-Uni et il «ne peut pas être unilatéralement modifié, ignoré ou mal appliqué», a-t-elle déclaré.

La semaine dernière, le gouvernement britannique a présenté le controversé «Projet de loi sur le marché intérieur», qui annulerait certains éléments de l’accord de retrait que le Premier ministre britannique Boris Johnson a conclu avec l’UE.

La loi permettrait aux ministres de prendre des mesures pour garantir la libre circulation des marchandises à destination et en provenance de l’Irlande du Nord, bien que cela soit contraire au droit international.

Le projet de loi a été critiqué par l’UE, le président du Conseil européen, Charles Michel, le qualifiant de «non acceptable».

Maïthé Chini
Actualités Belgique

Avatar

Christophe

Related Posts

Le sommet de l’UE reporté alors que le président du Conseil Michel met en quarantaine

Le sommet de l’UE reporté alors que le président du Conseil Michel met en quarantaine

Une décision de justice permettra aux villes de limiter la croissance d’AirBnb

Une décision de justice permettra aux villes de limiter la croissance d’AirBnb

Carte des conseils de voyage dans toute l’Europe avec des mises à jour hebdomadaires prévues prochainement

Carte des conseils de voyage dans toute l’Europe avec des mises à jour hebdomadaires prévues prochainement

Covid-19 a enseigné de nouvelles astuces aux trafiquants de drogue, selon un rapport

Covid-19 a enseigné de nouvelles astuces aux trafiquants de drogue, selon un rapport

Catégories