La police bruxelloise accusée de violences «  inacceptables  » lors d’une manifestation des travailleurs de la santé

La police bruxelloise accusée de violences «  inacceptables  » lors d’une manifestation des travailleurs de la santé

Lundi 14 septembre 2020

Crédit: La Santé en Lutte / Facebook

Une manifestation de milliers d’agents de santé à Bruxelles ce week-end a conduit à plus de 30 arrestations et à des accusations de recours «inacceptable» à la force par la police contre des manifestants.

Quelque 4000 personnes se sont rassemblées dans le centre de Bruxelles dimanche après-midi pour soutenir les demandes du secteur pour un financement accru des soins de santé, dans une manifestation qui a été autorisée à se poursuivre malgré les restrictions de coronavirus des rassemblements publics.

Les mesures actuelles signifient que des rassemblements en plein air peuvent avoir lieu avec un maximum de 400 participants.

Nouvelles connexes:

Des vidéos partagées par les organisateurs montrent des affrontements entre les manifestants et la police anti-émeute au cours desquels des agents peuvent être vus en train de pousser des manifestants avec des boucliers et de pulvériser des gaz lacrymogènes sur eux, tandis que deux agents peuvent être vus en train de battre un manifestant avec des clubs.

«Notre rassemblement s’est bien déroulé, nous respections l’accord avec la police de se rassembler en groupes de 400», lorsque la police a commencé à se déplacer sur les manifestants et a commencé à utiliser la violence de «manière inacceptable et injustifiée», selon les organisateurs.

Les organisateurs ont déclaré sur Facebook que l’impasse avait commencé après que les officiers aient reçu l’ordre de «provoquer les manifestants» avec un «déploiement disproportionné d’unités, avec violence et avec des commentaires dégradants et humiliants».

🛑 APRÈS LES APPLAUDISSEMENTS, LES MATRAQUES! 🛑Violences policières lors de la Grande manifestation de la SantéVoici…

Geplaatst Door La santé en lutte op Maandag 14 septembre 2020

Au total, 35 manifestants ont été arrêtés, dont la majorité ont été libérés sans inculpation avant la fin de la journée, a confirmé le porte-parole de la police Olivier Slosse, ajoutant que trois détenus avaient été maintenus plus longtemps pour être interrogés mais relâchés par la suite.

Des images partagées en ligne par un collectif de travailleurs de la santé appelé La Santé en Lutte ont montré des policiers en tenue anti-émeute faire la queue et bloquer des manifestants non armés, les bousculant et utilisant des gaz lacrymogènes contre eux alors qu’ils exigeaient d’être autorisés à passer.

D’autres scènes filmées montrent des policiers (non en uniforme mais portant un brassard de police) pulvérisant des manifestants ainsi que deux policiers en tenue anti-émeute matraquant un manifestant qui semblait être désarmé.

Des images des affrontements, qui ont eu lieu sur et autour de la place du Mont des Arts, montraient également des canons à eau stationnés le long de la route.

Slosse a déclaré que les manifestants savaient qu’ils n’étaient pas autorisés à marcher mais qu’un groupe avait tenté de se séparer du groupe principal et de marcher vers la place de la Chapelle.

«Nous avons effectivement dû utiliser la coercition pour arrêter ce cortège», a-t-il dit, ajoutant que vers la fin de la manifestation, la police a également utilisé des gaz lacrymogènes alors que d’autres groupes tentaient de continuer à manifester de manière «non statique». »

Dans leur déclaration, les organisateurs ont également dénoncé le refus continu des autorités de permettre à la manifestation de se déplacer dans la ville, affirmant que cela conduisait à des situations de santé plus risquées car la distance sociale ne pouvait être respectée alors que les manifestants commençaient à être encerclés par la police.

«En investissant de l’argent public dans une telle réponse de la police (canons à eau, plus de 200 policiers mobilisés un dimanche), les politiciens ont préféré la répression à la santé», ont déclaré les manifestants.

Les organisateurs ont lancé un appel aux participants «agressés» par la police pour qu’ils partagent leurs comptes ainsi que des photos et des vidéos et ont déclaré qu’ils allaient déposer une plainte auprès de l’observatoire de police Police Watch.

Gabriela Galindo
Actualités Belgique

Avatar

Christophe

Related Posts

Le Festival du film de Gand annonce le programme complet d’octobre

Le Festival du film de Gand annonce le programme complet d’octobre

Pourquoi la Belgique a assoupli les mesures relatives aux coronavirus alors que la France les resserre

Pourquoi la Belgique a assoupli les mesures relatives aux coronavirus alors que la France les resserre

Le Covid-19 circule plus fortement à Bruxelles, dit Sciensano

Le Covid-19 circule plus fortement à Bruxelles, dit Sciensano

La lutte contre le coronavirus est loin d’être terminée, préviennent les experts

La lutte contre le coronavirus est loin d’être terminée, préviennent les experts

Catégories