Le chef de la police de Bruxelles suspendu en attendant l’enquête sur l’utilisation de gaz lacrymogène lors de la manifestation des agents de santé

Le chef de la police de Bruxelles suspendu en attendant l’enquête sur l’utilisation de gaz lacrymogène lors de la manifestation des agents de santé

Vendredi 25 septembre 2020

Crédit: La Santé en Lutte / Facebook

Un chef de la police à Bruxelles a été mis en congé dans l’attente d’une enquête sur l’utilisation illégale de gaz lacrymogène lors d’une manifestation des agents de santé.

Le commissaire Pierre Vandersmissen, responsable des interventions auprès de la zone de police Bruxelles-Ixelles, a dirigé la réponse de la police à une manifestation des agents de santé à Bruxelles le 13 septembre.

Suite à la manifestation, plusieurs rapports ont fait état de «violences policières inacceptables» contre les agents de santé, protestant contre l’austérité dans le secteur et appelant à un financement accru des systèmes de santé et de sécurité sociale du pays.

Nouvelles connexes:

La suspension temporaire de Vandersmissen fait suite à l’apparition d’images d’un homme n’appartenant pas à la police utilisant des gaz lacrymogènes contre un manifestant déjà sur le terrain, en présence de Vandersmissen.

Les images ont été obtenues par la chaîne de télévision LN24 et publiées dans le cadre d’une compilation de vidéos montrant des policiers en uniforme et non en uniforme poursuivant, arrêtant et battant des manifestants.

Une vidéo montre deux officiers, dont Vandersmissen, en train de courir après un homme et de le clouer au sol. Alors que l’homme est au sol, une troisième personne qui n’est pas en uniforme de police et qui porte une caméra et une bombe lacrymogène court vers l’homme et lui tire un jet de gaz lacrymogène.

On peut alors voir Vandersmissen lui faire signe de s’arrêter, après quoi l’homme, un photographe connu de la police, selon Le Soir, est vu en train de cacher la cartouche de gaz lacrymogène derrière son dos.

« D’après les informations dont nous disposons, il semble qu’un homme qui ne semble pas être un policier ait utilisé des gaz lacrymogènes lors de la manifestation du 13 septembre, ce qui est inacceptable et illégal », a déclaré le cabinet du maire de Bruxelles Philippe Close.

La zone de police devrait mener une enquête interne pendant laquelle Vandersmissen sera relevé de ses fonctions.

« Si ce comportement est confirmé par l’enquête, une enquête disciplinaire suivra », a ajouté le cabinet de Close.

Des manifestations passées à Bruxelles ont déjà conduit à des informations selon lesquelles la présence du commissaire Vandersmissen dans une manifestation conduit souvent à un usage aveugle et prématuré de la force et de la violence par la police, les manifestants le qualifiant parfois de «personnage de type Rambo».

Plus d’une douzaine de manifestants ont été arrêtés lors de la manifestation des agents de santé, dont la majorité ont été libérés sans charge le même jour.

Gabriela Galindo
Actualités Belgique

Avatar

Christophe

Related Posts

Les cyclistes réclament plus de vélos sur les voies alors que l’UE réorganise les règles de transport ferroviaire

Les cyclistes réclament plus de vélos sur les voies alors que l’UE réorganise les règles de transport ferroviaire

«  Interdit d’être là  »: un camion heurte un cycliste dans la zone piétonne de Bruxelles

«  Interdit d’être là  »: un camion heurte un cycliste dans la zone piétonne de Bruxelles

Un policier belge emprisonné pour tirade raciste à bord d’un train

Un policier belge emprisonné pour tirade raciste à bord d’un train

L’école primaire de Bruxelles ferme après que le personnel a été touché par Covid-19

L’école primaire de Bruxelles ferme après que le personnel a été touché par Covid-19

Catégories