Le chef de la police était en service le soir de l’arrestation fatale de Charleroi

Le chef de la police était en service le soir de l’arrestation fatale de Charleroi

Mercredi 16 septembre 2020

Un chef de la police était de service la nuit de l’arrestation mortelle d’un Slovaque à l’aéroport de Charleroi, a déclaré mercredi le ministre belge de la Justice, dans des déclarations qui jettent un nouvel éclairage sur la gestion par les autorités de l’arrestation controversée et fatale.

Le ministre de la Justice Koen Geens a déclaré aux députés menant une enquête parlementaire sur l’arrestation que Danny Elst, chef de la division aéroportuaire de la police fédérale, travaillait la nuit des événements.

Geens a déclaré que, pour cette raison, les procureurs de Charleroi avaient choisi de ne pas informer la police fédérale de la nature controversée des images de l’arrestation en 2018 de Jozef Chovanec, 38 ans, même s’ils les avaient obtenues tôt après les faits.

Nouvelles connexes:

«Puisque la police était si intimement impliquée – le chef de la police de l’aéroport était de garde cette nuit-là – le bureau du procureur a supposé que la police était au courant», a déclaré Geens.

«C’est pourquoi ils ne pensaient pas devoir prendre l’initiative d’informer [the police’s] autorités disciplinaires. »

Après que la publication des images ait déclenché une tempête médiatique et politique et remis l’affaire sous les projecteurs, les hauts responsables de la police fédérale ont déclaré qu’ils n’étaient pas au courant des images ni du comportement des policiers qui y étaient montrés, rapporte l’agence de presse Belga.

Des vidéos de l’arrestation publiées le mois dernier ont montré des agents exécutant une série d’actions controversées: un officier peut être vu en train de saluer les nazis pendant que d’autres rient; un autre officier est vu en train de faire un signe de rock and roll et un est agenouillé au sommet de Chovanec pendant plusieurs minutes même si ce dernier ne semble pas montrer de résistance physique.

Les images ont montré que, quelques instants avant que les agents n’entrent dans la cellule, Chovanec agissait de manière erratique et se blessait, se cognant la tête contre la porte jusqu’à ce qu’il saigne.

Les commentaires de Geens clarifient de plus en plus la chaîne des décisions prises par les forces de l’ordre – y compris la police, les procureurs et les ministres du gouvernement fédéral – et interviennent alors que la Belgique fait face à une pression internationale croissante pour résoudre l’enquête, toujours peu concluante plus de 2 ans après les faits.

Une enquête parlementaire en cours sur l’arrestation fatale – lancée seulement après la diffusion des images dans les médias – a jusqu’à présent révélé que l’ancien ministre de l’Intérieur et actuel dirigeant de la région flamande, Jan Jambon, avait été mis au courant de l’arrestation.

Alors qu’il avait initialement déclaré qu’il ne savait rien des faits auparavant, Jambon a ensuite fait marche arrière et a déclaré qu’il avait tenu une «brève réunion» avec l’ambassadeur de Slovaquie en Belgique, mais a affirmé que les détails de la réunion étaient flous.

Les hauts responsables du ministère des Affaires étrangères étaient également au courant de la mort du Chovanec quelques jours après son arrestation, notamment après avoir reçu une lettre des autorités slovaques demandant une explication des faits.

Dans un discours prononcé mardi, le président du Parlement européen, David Sassoli, a appelé à une «enquête complète» sur la mort de cet homme, dans des déclarations qui font suite à une série d’appels de responsables slovaques demandant à la Belgique d’aller au fond de l’affaire.

La veuve de Chovanec a exprimé sa méfiance à l’égard de l’enquête, accusant les hauts responsables du gouvernement et des forces de l’ordre de dissimulation et affirmant qu’elle ne croyait pas au récit officiel selon lequel son mari était décédé d’une crise cardiaque après avoir été emmené à l’hôpital.

«Je suis à peu près sûre qu’il est mort dans la cellule», dit-elle. « Je crois qu’il a été étouffé par la police, la crise cardiaque n’était qu’une excuse pour tout cacher. »

Alors que l’enquête se poursuit, les membres du Comité de la justice de la Chambre doivent interroger la semaine prochaine André Desenfants, l’un des deux hauts responsables de la police fédérale qui a démissionné de ses fonctions à la suite de la tempête médiatique provoquée par les images.

Gabriela Galindo
Actualités Belgique

Avatar

Christophe

Related Posts

Le Festival du film de Gand annonce le programme complet d’octobre

Le Festival du film de Gand annonce le programme complet d’octobre

Pourquoi la Belgique a assoupli les mesures relatives aux coronavirus alors que la France les resserre

Pourquoi la Belgique a assoupli les mesures relatives aux coronavirus alors que la France les resserre

Le Covid-19 circule plus fortement à Bruxelles, dit Sciensano

Le Covid-19 circule plus fortement à Bruxelles, dit Sciensano

La lutte contre le coronavirus est loin d’être terminée, préviennent les experts

La lutte contre le coronavirus est loin d’être terminée, préviennent les experts

Catégories