Le sommet crucial UE-Chine fait face à des défis

Le sommet crucial UE-Chine fait face à des défis

Dimanche 13 septembre 2020

Sommet UE-Chine à Bruxelles, avril 2019, crédit: UE

La réunion des dirigeants UE-Chine par vidéoconférence, lundi 14 septembre, se concentrera sur les relations bilatérales UE-Chine, y compris sur le changement climatique, les questions économiques et commerciales. La réunion fait suite à un précédent sommet en juin.

L’UE sera représentée par le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, avec la chancelière allemande Angela Merkel pour la présidence du Conseil. Le président Xi Jinping représentera la Chine. Le haut représentant de l’UE, Josep Borrell, y participera également.

UNE résumé de fond publié vendredi par le Conseil européen, indique que les dirigeants devraient également discuter de problèmes internationaux et autres et échanger des vues sur les réponses à la pandémie de COVID-19.

Le mémoire indique que l’UE et la Chine sont attachées à un partenariat stratégique global, tel qu’exprimé dans le programme stratégique de coopération UE-Chine 2020. Il fait référence à la stratégie de l’UE sur la Chine, adoptée en juillet 2016, et aux perspectives stratégiques de la relation UE-Chine par la Commission européenne et la haute représentante en mars 2019.

Selon le mémoire, le dialogue commercial et économique de haut niveau UE-Chine en juillet a abouti à certains progrès sur l’accord d’investissement global (CAI). L’UE vise à accélérer et à conclure les négociations sur un accord ambitieux d’ici la fin de l’année.

Les documents stratégiques de l’UE, cependant, pourraient être en partie obsolètes selon un la revue par la Cour des comptes européenne (CEA) la semaine dernière sur «La réponse de l’UE à la stratégie d’investissement menée par l’État chinois».

L’examen a été lancé par la CEA en septembre de l’année dernière et achevé avant l’éclosion de la pandémie. Il n’exige pas de réponse de la Commission, mais est similaire à un audit en ce qui concerne la collecte de données et l’analyse des informations accessibles au public. Le rapport met l’accent sur la stratégie de l’UE, mais il pourrait tout aussi bien être lu par la Chine, son partenaire stratégique mais aussi concurrent.

Dans la revue, la CEA examine les risques multiples – principalement de nature économique et politique – que la stratégie d’investissement étatique de la Chine présente pour l’UE, ainsi que les opportunités qu’elle présente. Les risques apparaissent pour le moment essentiellement théoriques mais pourraient avoir un impact négatif sur la réciprocité et l’existence de règles du jeu équitables s’ils se concrétisaient.

L’UE est le premier partenaire commercial de la Chine, tandis que la Chine est le deuxième partenaire commercial de l’UE. L’UE est la première destination mondiale des investissements directs étrangers, mais la part de la Chine est encore relativement faible. Selon l’analyse des statistiques d’Eurostat par la CEA, la part de la Chine dans le total des investissements étrangers dans l’UE n’était que de 3% en 2018. À en juger par les exemples de l’analyse, les investissements ont été bénéfiques.

Les auditeurs soulèvent les défis auxquels l’UE est confrontée dans la gestion de sa réponse, y compris la manière de mieux définir, mettre en œuvre et suivre sa propre stratégie sur la Chine et coordonner les actions des institutions de l’UE et des États membres en ce qui concerne leurs relations bilatérales avec la Chine. Un problème majeur est le manque de données fiables sur les investissements de la Chine dans l’UE.

«La Chine est devenue un acteur économique important au niveau international et les relations UE-Chine affecteront la vie et l’économie des citoyens de l’UE pour les années à venir», a déclaré Annemie Turtelboom, membre de la CEA responsable de l’examen. «Une réponse efficace au changement géopolitique exigerait que l’UE intensifie sa stratégie sur la Chine et que les États membres agissent de concert avec les institutions de l’UE en tant qu’Union.»

Les auditeurs écrivent que les États membres coopèrent bilatéralement avec la Chine en fonction de leurs propres intérêts nationaux et sans en informer la Commission, même s’il y a une obligation de le faire. Un exemple mis en évidence dans l’examen est que quinze États membres ont individuellement signé des mémorandums d’accord non contraignants avec la Chine pour coopérer dans le cadre de l’initiative Belt and Road.

« Nous ne jugeons pas les mémorandums d’accord politiquement », a déclaré le membre de la CEA lors d’une conférence de presse virtuelle, « mais la Commission aurait dû en être informée. » Les auditeurs n’ont pas demandé les mémorandums aux Etats membres concernés, principalement aux nouveaux Etats membres lors des cycles d’élargissement 2004 et 2007, et ne les ont pas lus.

Il n’était pas clair d’après le briefing si les mémorandums d’accord contredisaient les positions de l’UE et cela semblait davantage être une question de coordination de l’UE manquante. L’équipe d’audit a qualifié le manque de données fiables de «trou noir» empêchant l’UE de procéder à une évaluation complète des risques.

«L’UE poursuit une approche réaliste, affirmée et multidimensionnelle de ses relations avec la Chine», a commenté Nabila Massrali, porte-parole de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. «Nous visons à garantir que nos relations s’inscrivent dans une trajectoire juste, équilibrée et mutuellement avantageuse, reflétant que la Chine est à la fois un partenaire de coopération, un partenaire de négociation, un concurrent économique et un rival systémique.»

Interrogée sur la réaction de la Commission à l’examen de la CEA, elle a répondu que cet examen confirme le fait que «la présence internationale croissante de la Chine, dont l’investissement impulsé par l’État est un aspect clé, nécessite une attention politique».

«L’économie de l’UE bénéficie de l’un des régimes d’investissement les plus ouverts au monde. Cependant, nous ne sommes pas naïfs et répondons aux préoccupations concernant la réciprocité et l’égalité des chances, à la fois au sein de l’UE et directement avec la Chine », at-elle ajouté. En ce qui concerne les mémorandums d’accord, «ni l’UE ni aucun de ses États membres ne peuvent atteindre efficacement leurs objectifs avec la Chine sans une pleine unité».

M. Apelblat
Actualités Belgique

Avatar

Christophe

Related Posts

Le sommet de l’UE reporté alors que le président du Conseil Michel met en quarantaine

Le sommet de l’UE reporté alors que le président du Conseil Michel met en quarantaine

Une décision de justice permettra aux villes de limiter la croissance d’AirBnb

Une décision de justice permettra aux villes de limiter la croissance d’AirBnb

Carte des conseils de voyage dans toute l’Europe avec des mises à jour hebdomadaires prévues prochainement

Carte des conseils de voyage dans toute l’Europe avec des mises à jour hebdomadaires prévues prochainement

Covid-19 a enseigné de nouvelles astuces aux trafiquants de drogue, selon un rapport

Covid-19 a enseigné de nouvelles astuces aux trafiquants de drogue, selon un rapport

Catégories