L’UE salue la normalisation des relations entre Israël et les États du Golfe

L’UE salue la normalisation des relations entre Israël et les États du Golfe

La cérémonie à la Maison Blanche, le 15 septembre, crédit: Avi Ohayon (GPO)

Un événement historique a eu lieu mardi à la Maison Blanche à Washington lorsque Israël a signé un accord de paix avec les Émirats arabes unis (EAU) et une déclaration sur l’établissement de relations diplomatiques avec Bahreïn.

Les accords, signés entre le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu et les ministres des Affaires étrangères des Émirats arabes unis et de Bahreïn avec le président Trump comme témoin, brisent l’isolement d’Israël au Moyen-Orient et ouvrent la porte à des relations diplomatiques avec davantage de pays arabes. Ils peuvent même ouvrir la voie à la paix insaisissable entre Israël et les Palestiniens qui se sentent pour l’instant trahis par les deux États du Golfe.

En fait, il s’agit du troisième traité de paix entre Israël et un État arabe, après les traités avec l’Égypte en 1979 et la Jordanie en 1984. Israël et l’Autorité palestinienne étaient proches d’un accord de paix global en 1999, mais le président palestinien Yasser Arafat ne l’a pas fait. obtenir le soutien dont il avait besoin de la Ligue arabe pour finaliser l’accord sur Jérusalem.

Pour le Premier ministre israélien, l’accord de paix avec les EAU a justifié sa formule «paix contre paix», mais c’est parce qu’Israël n’a jamais été en guerre avec les EAU et Bahreïn. Pour parvenir à la paix avec les Palestiniens, Israël devra appliquer la formule «paix pour les territoires» et se retirer de la plupart des territoires occupés.

Cela n’a cependant pas obscurci la cérémonie à la Maison Blanche. Le président Trump et le Premier ministre Netanyahu se sont vus attribuer tout le mérite des accords – qui servent également leurs programmes politiques – mais ces accords sont des pas dans la bonne direction. La normalisation des relations entre Israël et les pays arabes est dans l’intérêt des peuples concernés et sert la cause de la paix au Moyen-Orient.

Un tournant historique

Les Israéliens-Emiratis traité est un accord à part entière couvrant une longue liste de domaines de coopération. Il entrera en vigueur après avoir été ratifié par les deux parties. Pour Israël, cela implique que le traité devra être approuvé par le gouvernement et ratifié par le parlement israélien (Knesset). Jusqu’à la signature de l’accord, le texte a été gardé secret même pour le gouvernement.

«Cette journée est un pivot de l’histoire. Cela annonce une nouvelle aube de la paix », a déclaré Netanyahu lors de la cérémonie et a remercié le président Trump. «Il aligne déjà de plus en plus de pays. C’était inimaginable il y a quelques années, mais avec de la détermination, de la détermination, un regard neuf sur la façon dont la paix est faite, cela est en train d’être réalisé.

«Les bénédictions de la paix que nous faisons aujourd’hui seront énormes», a promis Netanyahu et a énuméré trois raisons de son optimisme.

«Premièrement, parce que cette paix finira par s’étendre pour inclure d’autres États arabes, et finalement elle pourra mettre fin au conflit israélo-arabe une fois pour toutes. Deuxièmement, parce que les grands avantages économiques de notre partenariat se feront sentir dans toute notre région et qu’ils toucheront chacun de nos citoyens. Et troisièmement, parce que ce n’est pas seulement une paix entre les dirigeants, c’est une paix entre les peuples.

Les deux accords mentionnent la nécessité d’une paix globale au Moyen-Orient et d’une solution au conflit israélo-palestinien. Mais une telle solution ne peut guère être basée sur le parti pris de Trump plan de paix qui a été rejeté par les Palestiniens.

L’accord de paix israélo-émirati déclare en termes généraux que les deux pays sont «déterminés à travailler ensemble pour parvenir à une solution négociée du conflit israélo-palestinien qui réponde aux besoins et aspirations légitimes des deux peuples, et à faire progresser la paix globale au Moyen-Orient, stabilité et prospérité. »

Le joint déclaration par Israël et Bahreïn déclare que les deux pays poursuivront «les efforts pour parvenir à une résolution juste, globale et durable du conflit israélo-palestinien».

Avenir commun

Sous le radar depuis des années, Israël a développé des relations avec les Émirats arabes unis et Bahreïn sur la base d’intérêts communs. Résumant l’importance économique des accords, le professeur Efraim Inbar, président de l’Institut de Jérusalem pour la stratégie et la sécurité, a déclaré au Actualités Belgique que «les Émirats pourraient devenir la porte d’Israël vers l’Asie et Israël pourrait attirer les investissements des Émirats arabes unis et de Bahreïn.

Politiquement, Inbar n’a pas exclu qu’Israël pourrait devoir payer le prix des accords sous la forme de ventes américaines d’avions de combat avancés aux EAU. Netanyahu le nie mais Trump a déjà laissé entendre que telle était son intention. «Il est possible que les EAU se retrouvent avec des F-35, mais Israël sera indemnisé pour conserver son avantage militaire qualitatif.»

Un autre problème était le plan du gouvernement israélien d’annexion unilatérale – en partie basé sur le plan de paix de Trump – jusqu’à 30% de la Cisjordanie. Une condition pour les États du Golfe signant les accords était qu’Israël annule le plan. Mais selon Netanyahu, le plan n’a été que suspendu. Le professeur Inbar a fait remarquer que l’annexion n’est toujours pas définitivement hors de propos.

Un futur règlement de paix israélo-palestinien devra être un compromis mutuellement convenu. Les Palestiniens accepteront-ils qu’ils ne peuvent pas bloquer le processus de paix entre Israël et le monde arabe et reconsidéreront leur propre politique? « Ils devront adopter une politique plus mûre et comprendre qu’aucune partie ne peut réaliser tous ses rêves », a répondu le professeur Inbar, expert des questions stratégiques au Moyen-Orient.

Position de l’UE

Dans une déclaration au nom de l’UE (15 septembre), le Haut Représentant Josep Borell a salué la normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis et a reconnu le «rôle constructif joué par les États-Unis à cet égard». L’UE promeut depuis de nombreuses années le développement des relations entre Israël et les pays de la région, indique la déclaration.

«Une normalisation de leurs relations bilatérales sera bénéfique pour les deux pays et constituera une étape fondamentale pour la stabilisation de la région dans son ensemble.» L’UE considère également que l’engagement d’Israël de suspendre les projets d’annexion unilatérale de zones du territoire palestinien occupé est une étape positive et a réitéré son engagement en faveur d’une solution négociée et viable à deux États.

L’UE a fait profil bas dans le processus de normalisation et a été représentée à la cérémonie de signature par le chef de sa délégation, les ambassadeurs de certains États membres et le ministre des Affaires étrangères de la Hongrie. L’UE utilisera-t-elle l’élan pour reprendre le processus israélo-palestinien?

« L’UE a toujours plaidé pour la reprise des négociations et a souligné que les développements récents créent un élan pour relancer le processus », a déclaré Peter Stano, porte-parole principal des affaires étrangères de l’UE, au Actualités Belgique.

«Nous restons prêts à aider de toutes les manières possibles», a-t-il dit et a mentionné les contacts prévus entre le Haut Représentant Borrell et ses homologues des côtés israélien et palestinien.

M.Apelblat
Actualités Belgique

Avatar

Christophe

Related Posts

Le sommet de l’UE reporté alors que le président du Conseil Michel met en quarantaine

Le sommet de l’UE reporté alors que le président du Conseil Michel met en quarantaine

Une décision de justice permettra aux villes de limiter la croissance d’AirBnb

Une décision de justice permettra aux villes de limiter la croissance d’AirBnb

Carte des conseils de voyage dans toute l’Europe avec des mises à jour hebdomadaires prévues prochainement

Carte des conseils de voyage dans toute l’Europe avec des mises à jour hebdomadaires prévues prochainement

Covid-19 a enseigné de nouvelles astuces aux trafiquants de drogue, selon un rapport

Covid-19 a enseigné de nouvelles astuces aux trafiquants de drogue, selon un rapport

Catégories